Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt

Les pathologies osseuses

Où se situe votre douleur ?

Conflit fémoro-acétabulaire

Un conflit est le résultat d’un contact anormal à l’intérieur de l’articulation entre le col du fémur et l’acétabulum (cavité cotyloïdienne du bassin) lors des mouvements de flexion de hanche. 

 

La hanche est l’articulation qui forme la jonction entre les jambes et le tronc, elle supporte le poids du corps et est donc soumise à d’importantes contraintes. Le haut de l’os de la cuisse : le fémur, vient s’emboîter dans l’os iliaque (le bassin) au niveau d’une cavité appelée acétabulum ou cotyle.

 

Le conflit fémoro-acétabulaire est dû à un contact anormal du col du fémur sur l’acétabulum, soit en raison d’une anomalie morphologique du col du fémur, soit en raison d’un cotyle trop enveloppant. Ces contacts répétés peuvent avoir pour conséquence des lésions au niveau des tissus et du cartilage et évoluer vers une dégradation arthrosique de l’articulation.

Cette pathologie peu connue touche principalement les patients jeunes et pratiquant des sports particulièrement contraignants pour la hanche comme les arts-martiaux, le rugby, le hockey, le football ou la danse. Elle est souvent diagnostiquée tardivement alors qu’elle représente 50 % des douleurs inguinales chez le patient jeune. Les symptômes se révèlent souvent chez des patients sportifs. Il s’agit de douleurs dans l’aine  lors des mouvements de flexion.  Les douleurs peuvent ensuite devenir permanentes. Très souvent le diagnostic retenu par les médecins est une pubalgie du sportif.

Si rien n’est fait la conséquence de cette pathologie est l’évolution vers l’arthrose de hanche (coxarthrose), d’abord avec l’apparition de lésions du labrum puis ensuite du cartilage de la hanche. Le seul traitement à cde stade là est la prothèse totale de hanche.

 

Une radiographie du bassin de face et une incidence spécifique de la hanche (profil de Ducroquet ou profil de Dunn) seront indispensables à votre chirurgien en complément de son examen clinique qui testera particulièrement la hanche en flexion et rotation interne. Il demander peut être aussi un arthroscanner de hanche.

L’arthroscopie est une technique chirurgicale qui consiste à utiliser une optique pour voir à l’intérieur de l’articulation et de mini instruments chirurgicaux. Les incisions sont de petite taille et cette forme de chirurgie est moins invasive que la technique dite à “ciel ouvert”.

 

L’arthroscopie de hanche permet de traiter le conflit fémoro-acétabulaire qui est dû à un contact anormal du col du fémur sur le cotyle, soit en raison d’une anomalie morphologique du col du fémur, soit en raison d’un cotyle trop enveloppant.  L’intervention consiste à pratiquer deux petites incisions, une pour passer la fibre optique, l’autre pour les mini instruments de chirurgie, on l’appelle voie instrumentale.

Je suis opéré

Le premier temps est celui de l’exploration articulaire au cours duquel le chirurgien va analyser le conflit osseux, les lésions cartilagineuses et ligamentaires. Les lésions osseuses seront éliminées à l’aide d’une fraise motorisée. On procède à l’ostéoplastie du col fémoral si le conflit vient d’un effet came à cause d’un bump fémoral (bosse au niveau du fémur)et à une acétabuloplastie si le conflit vient aussi d’un cotyle trop englobant. On peut aussi intervenir sur des lésions du labrum par suture de celui-ci ou résection s’il est trop abimé.

 

Pendant cette intervention on peut aussi réaliser d’autres gestes à la demande : exérèse de corps étrangers, synovectomie, perforation du cartilage…

Bilan préopératoire

  • Bilan radiographique
    (comprenant une incidence de DUNN)
  • Scanner avec reconstruction 3D
  • Arthro-scanner (examen avec injection articulaire)
  • Bilan biologique pré-opératoire

 

Hospitalisation

  • Attention, il faut pour cela que vous ne soyez pas seul(e) à domicile le soir de l’intervention.

 

Anesthésie

  • Générale.

 

Durée d’intervention

  • 1 heure

 

Prescriptions de sortie

  • Antalgiques adaptés à vos douleurs.
  • INDOCID (anti-inflammatoire) pendant 10 jours en prévention des ossifications post-opératoires.
  • Eupantol pendant 10 jours comme protecteur gastrique
  • Anticoagulation préventive (piqures) pendant 15 jours en prévention du risque de phlébite.
  • Soins infirmiers (pansement) jusqu’à l’ablation des fils à J12.

 

Immobilisation

  • Aucune

 

Rééducation

Marche avec cannes anglaises pendant 1 mois pour soulager l’appui. Auto rééducation plus ou moins rééducation après un mois si nécessaire.

 

 

Délai de récupération

  • 3 à 6 mois.

 

Complications

  • Hématome
  • Infection (exceptionnelle)
  • Atteinte neurologique (exceptionnelle)
  • Fracture du col fémoral (exceptionnelle)

 

Visite post opératoire :

1 mois après l’intervention avec des radiographies