Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt

Les pathologies osseuses

Où se situe votre douleur ?

Tendinopathie du psoas

Une tendinopathie de l’ilio-psoas peut s’observer après la pose d’une prothèse totale de hanche. Il s’agit le plus souvent de l’irritation du tendon au contact du rebord antérieur de la cupule prothétique qui peut être dans certains cas débordante.

 

Le psoas est un muscle qui se fixe d’un côté sur le bassin et la colonne vertébrale, et va s’insérer à son autre extrémité sur le fémur (petit trochanter). A son passage devant la cupule cotyloïdienne il peut être irrité.

 

Les symptômes sont principalement des douleurs inguinales qui sont souvent exacerbées lors des efforts de toux, dans les escaliers ou lorsqu’on monte en voiture. Après la douleur, une perte de force peut aussi apparaitre en flexion, le patient et souvent obligé de porter sa jambe avec les mains pour effectuer ce mouvement. (s’allonger pour se mettre au lit, monter en voiture)

Cette pathologie peut aussi apparaitre sur une hanche native. Il s’agit d’un conflit du psoas avec le ligament ilio-inguinal et l’éminence ilio-pectinée. Cela survient le plus souvent chez des patients jeunes, sur une hanche sans prothèse. Les symptômes sont les mêmes (douleur, perte de force), et sont associés à des phénomènes de ressauts audibles et reproductibles par le patient. Dans ces cas là le traitement est d’abord symptomatique par des antalgiques, des anti-inflammatoires et de la kinésithérapie avec ondes de choc. Dans de rare cas on peut procéder à une intervention pour ténotomie du psoas.

 

Le diagnostic est avant tout clinique.

 

L’échographie pourra visualiser le conflit entre le tendon est la cupule prothétique. Le débord de celle-ci sera le mieux visualisée sur un scanner.

 

Une infiltration de dérivés cortisoniques radio (scanner) ou écho-guidée dans la bourse ilio-pectinée au plus près du tendon peut être proposée. Ceci peut être un test diagnostique.

Le principe du traitement chirurgical repose le plus souvent en première intention sur la ténotomie (section) du tendon du psoas et on privilégiera la technique endoscopique en raison de sa simplicité et son innocuité.

 

En cas d’échec de ce traitement ou en présence d’une cupule prothétique très largement débordante, il peut être proposé une chirurgie de reprise de la prothèse avec changement de la cupule prothétique qui est repositionnée de façon à diminuer le risque de conflit avec le tendon. Cette 2nd alternative expose à un risque plus élevé de complications opératoires.

 

La disparition des symptômes après ténotomie est souvent rapide. La force en flexion de hanche peut être diminuée mais elle est souvent supérieure à l’état préopératoire une fois que les douleurs ont disparues. Quelques séances de kinésithérapie peuvent être nécessaires pour récupérer de la force musculaire mais à distance de l’intervention.

Bilan pré-opératoire :

  • Radiographies de la hanche
  • Scanner de la hanche (+/-couplé à la scintigraphie)
  • Echographie dynamique

 

Hospitalisation

  • Ambulatoire sauf pour les personnes seules à domicile

 

Anesthésie

  • Générale

 

Durée d’intervention

  • 20 minutes

 

Prescriptions de sortie

  • Antalgiques
  • INDOCID (anti-inflammatoire) pendant 10 jours en prévention des ossifications post-opératoires.
  • Anticoagulation préventive (piqures) pendant 15 jours en prévention du risque de phlébite.
  • Soins infirmiers jusqu’à l’ablation des fils à J12

Immobilisation

  • Aucune, cannes anglaises pour soulager au départ

 

Rééducation

  • Reprise immédiate de la marche

 

Délai de récupération

  • Amélioration rapide dans le mois post opératoire

 

Complications

  • Hématome
  • Infection (exceptionnelle)
  • Echec : rare, sauf si le débord acétabulaire est trop important